BGY – Plan de guerre hors-limite du PCC pour contrôler le monde (4) – Unis pour diviser

Auteur : pv0 Editeur : 孔雀,庚子灭共(文瑞) Relecture: Marie

Illustrateur : 科林零

D’après l’agenda de la Chine du Parti Communiste chinois ( PCC ), Hunter BIDEN est un « idiot bien utile » facile à être piégé par l’argent et le sexe. Mais il est le fils du Vice-Président des États-Unis, donc toutes les actions à son endroit doivent rester discrètes. C’est là que les organisations d’infiltration étrangères du PCC sont intervenues.

Ces organisations, telles que le Département du travail du Front uni du Comité central du PCC ( Front uni ), l’institut du peuple chinois des affaires étrangères ( CPIFA ), l’Association chinoise pour les contacts amicaux internationaux ( CAIFC ) et le Conseil chinois pour la promotion du commerce international ( CCPIT ), déguisées sous des noms inoffensifs, sont des agences qui fonctionnent comme des mandataires de la propagande du PCC et de ses intérêts politiques et économiques, formant en même temps un réseau de surveillance des citoyens d’origine chinoise dans le monde, rendant compte et subvertissant les « forces hostiles anti-chinoises » et se livrant à des activités d’espionnage. Ils prétendent être apolitiques mais en fait sont soumis au PCC, et ses dirigeants sont choisis par le PCC, ou sont eux-mêmes membres du PCC.

Joe BIDEN aime faire étalage de sa visite de 1979 en Chine et convaincre le monde de sa perspicacité particulière sur « la nature évolutive du Parti communiste chinois ». L’évolution, cependant, a pris une mauvaise tournure :

le PCC, de l’autocratie à la dictature !

Joe BIDEN, du jeune sénateur du Delaware à « CCP BIDEN »

candidat à la présidence américaine de 2020 au nom de Pékin !

Un « agent chinois » comme lui doit connaître la nature indescriptible de ces organisations, mais il les a utilisées pour encourager son fils à entrer dans le cercle de l’élite financière du PCC et a regardé son fils être broyé par le mécanisme de ces réseaux. Il a nié avoir eu connaissance des activités commerciales de Hunter en Chine et que cela puisse avoir influencé quelque politique que ce soit, oubliant que Hunter BIDEN, en tant que fils du Vice-Président américain, était protégé par les services secrets lors de ses voyages en Chine et enregistré pour les activités auxquelles il a participé, comme c’est le cas pour la quasi-totalité des réceptions officielles et couvertures médiatiques.

Sur la base des faits documentés dans le rapport d’enquête de Typhoon Investigation, le principal objectif de l’implication de Hunter BIDEN dans BHR est la corruption et l’influence politique, car tous les investisseurs ou partenaires fondateurs de BHR sont soit des entités politiques publiques, des entreprises publiques ou des personnes privées derrière de telles entités ; une poignée d’acteurs qui sont au sommet des investissements dans des projets ou des entreprises soutenus par l’État chinois. Les conditions spécifiques des accords pointent vers des pratiques commerciales conçues pour canaliser les frais et les actifs au profit de parties spécifiques. La collusion remonte aux organisations d’infiltration étrangères du PCC qui ont négociées les relations entre les représentants de l’État chinois pour rencontrer Hunter Biden et organiser des fonds publics par le biais des fonds de sécurité sociale, des entreprises publiques et des banques politiques pour financer son partenariat d’investissement.

Avec des décennies de planification, les organisations d’infiltration étrangères du PCC se sont géographiquement étendues à l’échelle mondiale et sont de plus en plus douées pour dissimuler leur mission par la dissimulation. L’Institut Confucius, par exemple, avec près de 500 installations opérant sur 6 continents, endoctrine l’idéologie du PCC au nom de la promotion de la culture chinoise. Dans le cadre des mesures prises pour limiter l’infiltration du PCC, le Secrétaire d’État américain Pompeo appelle à la fermeture de tous les instituts Confucius du pays d’ici fin 2020. La fermeture forcée du consulat de Chine à Houston a bloqué les travaux des organisations d’infiltration au cœur des États-Unis dans une certaine mesure. Néanmoins, les rouages ​​de l’infiltration du PCC tournent à plein. Le Secrétaire Général du Parti Communiste Chinois, XI Jinping, ayant catégoriquement affirmé que Biden gagnerait les élections, est personnellement en train de remonter le ressort moteur de tout cela pour arriver à ses fins.

Comme indiqué dans le magazine Newsweek « Exclusif: 600 groupes américains liés à l’effort d’influence du Parti Communiste Chinois ont de l’ambition post-élections ». Les organisations d’infiltration étrangères du PCC fonctionnent comme un cheval de Troie transportant des armées d’agents qui surgissent selon les ordres du commandement pour influencer le résultat social et politique grâce à des tâches coordonnées. La guerre de l’information, conçue pour désinformer et déformer les vérités, devient chaque jour plus féroce à l’approche du jour du scrutin. Les médias grand public méfiants face aux représailles du PCC restent silencieux sur les sujets touchant à « CCP BIDEN », tandis que Twitter bloque tous les comptes d’utilisateurs qui retweetent des informations publiées sur GNEWS, GTV, Lude Media et M. Miles GUO du Mouvement des Lanceurs d’Alerte.

Ce que XI Jinping appelle la « guerre ultime » du PCC

est avant-tout une « guerre ultime » pour la civilisation humaine et le bon sens !

Articles précédents:

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular Articles