Vendant leurs âmes pour danser avec le PCC – La famille Biden poursuit les premières traces des fonds d’État chinois en chemin vers la fortune

Editeur : Angelsky   Illustration couverture : Miew

Traduction: Petite Abeille Relecture: Marie

Source: Himalaya Corée

Avec plus de 40 ans de présence au cœur du pouvoir politique à Washington, D.C., la famille Biden a travaillé dur pour réaliser ce qu’elle ne pouvait pas faire dans une Amérique démocratique. Elle en est venue à vendre les intérêts nationaux américains pour avoir la chance de saisir collectivement les richesses des fonds de l’État chinois contrôlés par le Parti communiste chinois ( PCC ), rendant ainsi le peuple chinois, déjà asservi par le PCC, encore plus misérable.

Selon le report de “Typhoon Investigation” , le 12 avril 2010, dans le cadre du Sommet sur la sécurité nucléaire, Joe Biden, Vice-Président américain de l’époque, a rencontré le Président chinois de l’époque, Hu Jintao, à Washington. Quelques jours plus tôt, du 7 au 9 avril, son fils Hunter s’était rendu à Pékin pour affaires et, avec Lin Junliang et Bulger de Thornton, il avait eu plusieurs réunions avec la plus puissante institution financière d’État du Parti communiste chinois. Le message en anglais n’est plus disponible sur le site Internet de Thornton, mais la version chinoise existe toujours.

Dans la section “news” du site web de Thornton, Hunter Biden a été présenté comme le deuxième fils du Vice-Président des États-Unis et président de Rosemont Seneca Partners, et le but de son voyage à Pékin était de ” mieux se connaître et d’explorer la possibilité d’un partenariat commercial “. Alors que le partenariat d’affaires était en réalité destiné à des fins personnelles, le voyage prévoyait des rencontres avec les institutions qui allaient devenir des partenaires ( associés ). Cette implication a renforcée leur attention.

M. Hunter a visité plusieurs agences en une seule journée, chaque rencontre ne semblant pas durer plus d’une heure ou deux. Il est impossible de savoir quelles discussions significatives auraient pu avoir lieu en si peu de temps si ce n’est que Thornton a présenté Hunter aux Chinois et expliqué ses relations politiques aux États-Unis. Mais quelles que soient les intentions de Hunter, il a été reçu par le Parti communiste chinois de manière semi-officielle.

Par ordre chronologique, M. Hunter a rencontré les institutions financières chinoises suivantes : le Conseil National du Fonds de Sécurité Sociale ( NCSF ), Hillhouse Capital, la Fondation Internationale pour les Échanges avec la Chine ( China-United States Exchange Foundation ), La « Société d’Investissement de Chine », la « Société de l’Assurance Vie Chinoise », la « Banque d’Épargne Postale de Chine », et le Groupe Fondateur de l’Université de Pékin.

Du 18 au 20 avril 2011, M. Hunter, accompagné du président de Thornton Burger et du PDG Jun-Liang Lin, a visité les principales banques et institutions financières de Taïwan. Cette fois, Hunter a été présenté au groupe en tant que conseiller principal de Rosemont Realty, qui a acquis en 2010 BGK, une société qui possède 135 bâtiments commerciaux dans 22 États. Daniel Burrel a été nommé PDG et Hunter a été nommé au conseil consultatif. Le site web de Rosemont Realty n’est plus accessible, mais les archives montrent que Hunter a été nommé conseiller en 2011.

Selon les documents obtenus par la [loi sur la liberté de l’information] (FOIA), Hunter s’est rendu en Chine après avoir quitté Taiwan et y est resté jusqu’au 22 avril. Cependant, le but de sa visite n’a pas été mentionné dans les médias.

Sur la base des informations ci-dessus, il est évident que le représentant de la famille Biden, M. Hunter, visite depuis un an les principales sociétés financières et d’investissement chinoises contrôlées par le Parti communiste chinois, y compris à Taïwan, car selon eux, quand les États-Unis, qu’ils contrôlent, lâcheront prise, Taïwan appartiendra bien sûr tôt ou tard au Parti communiste chinois. Un an pour préparer son plan d’action « Chine – Taiwan – Chine », finalement et après tout bien que le système démocratique à Taiwan existe toujours, le commerce de l’or noir est plus fiable en passant par le Parti communiste chinois, donc ils choisissent de travailler de concert. Même pendant le séjour en RPC après Taïwan, aucune information n’a pu être retracée. Elle devrait pourtant l’être, car c’est dans ces derniers jours qu’ils ont fait conclu « leur pacte avec le diable », et à partir de là, une famille occidentale de vampires extrêmement maléfique a ajouté son emprise sur le peuple chinois à celle du PCC.

En dix mois, ils ont rencontré le vice-président Xi Jinping et ont conclu le premier accord de Hunter avec le Parti communiste chinois – Wanxiang, suivi d’un second accord – Bohai Huamei, et ainsi de suite…

Quoi qu’il en soit, après cela, partout où le PCC menait ses ripailles et prédations, il y avait des os consentis à la famille Biden, qui s’assoit dès lors une énorme richesse sans un sou investi. Alors que Joe. Biden est supposé négocier avec le PCC dans l’intérêt national des États-Unis !!!

Le PDG mentionné dans cet article, Lin Junliang, co-fondateur du Thornton Group et co-fondateur de Bohai Huamei, aurait été emprisonné par le Parti communiste chinois en Chine et son sort est inconnu à ce jour !

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments