BGY – Le plan de guerre sans restriction du PCC pour contrôler le monde (1)

Auteur : 庚子灭共(文瑞) Éditeur : 孔雀 & Marie

« Miles Guo m’a dit quand je l’ai rencontré pour la première fois », a rappelé Steven Bannon lors de son interview en direct du 20 octobre avec Lude Media que « la façon dont le PCC a compromet les gens est d’appliquer le plan BGY, c’est-à-dire « compromission : en ligne, par la séduction et le sexe, l’argent et l’or. Et Hunter Biden est un exemple classique de BGY. »

Le Parti communiste chinois ( PCC ) a réussi à combattre son rival national, le Parti nationaliste chinois ( CNP ), par des tactiques de guerre non conventionnelles et souvent trompeuses, et ainsi a accaparé l’autorité sur la Chine, 40 ans avant que le terme « guerre sans restriction » n’entre en vigueur. En 1999, la maison d’édition de littérature et d’arts de l’APL a publié Unrestricted Warfare, un livre écrit par deux officiers politiques de l’armée de l’air de l’APL, le colonel Qiao Liang et le colonel Wang Xiangsui. L’édition anglaise du livre était sous-titrée « Plan directeur de la Chine pour détruire l’Amérique », révélant le véritable mobile des auteurs. Comme l’a noté le Dr James D. Perry dans son article sur « Operation Allied Force: The View from Beijing », « le livre n’était pas un plan pour une « sale guerre » contre l’Occident mais un appel à une réflexion innovante sur la guerre future.»

Il y a plusieurs aspects de la « guerre hors-limite » répertoriés sur Wikipedia:

La guerre juridique ou l’action politique par le biais d’organisations transnationales ou non- gouvernementales peut effectuer un changement de politique qui serait impossible autrement. En raison de la nature internationale du monde moderne et de l’activisme, il est beaucoup plus facile pour les États-nations d’influer sur la politique d’autres États-nations par le biais d’un proxy.

La guerre économique. En raison de la nature interdépendante de l’économie mondiale, les nations peuvent infliger un préjudice grave aux économies d’autres nations sans prendre aucune mesure offensive.

La guerre en ligne. Les réseaux sont de plus en plus importants non seulement pour l’échange de données, mais aussi pour les transports, les institutions financières et la communication. Les attaques qui désactivent les réseaux peuvent facilement entraver de vastes zones de vie qui en dépendent pour la coordination.

Le terrorisme. Le terrorisme est un autre exemple de menace contre les nations dans le cadre du concept de « guerre sans restriction ». Le terrorisme est utilisé par un groupe pour obtenir satisfaction de certaines demandes. Même si ces exigences ne sont pas satisfaites, une attaque terroriste peut avoir des effets très disproportionnés sur le bien-être national.

Cependant, en réalité, les opérations de « guerre hors-limite » sont plus sophistiquées et plus discrètes que celles décrites par écrit. En raison des différences de pensée et de contexte culturel, le monde occidental est généralement incapable et peu disposé à percevoir qu’il est attaqué par le PCC dans la plupart des cas. Au cours de la conférence de presse du 5 octobre 2017 à l’Institut Hudson, M. Miles GUO a exposé plusieurs des plans de guerre hors-limite du PCC utilisés pour affaiblir et contrôler l’Occident. Ses paroles ont été jugées sensationnelles par la majorité du public. Cependant, les faits au cours des trois années suivantes ont prouvé que ces plans avaient été exécutés efficacement, impliquant des personnalités politiques et des organisations de premier plan en Occident.

« Drainer le marais », comme l’a formulé le président Trump et M. Giuliani, sonne le clairon contre la manipulation du PCC. La résistance écrasante à leurs efforts ne fait que prouver à quel point le marais est devenu profond et vaste sous l’infiltration du PCC.

« Le disque dur de l’enfer », mentionné pour la première fois dans Lude Media le 24 septembre, suivi de l’article du New York Post deux semaines plus tard, contient des preuves colossales que le PCC utilise des tactiques de guerre sans restriction BGY (bleu, or et jaune) pour contrôler des cercles d’influence comme la famille BIDEN et infiltrer son influence au cœur de politiques nationales en de nombreux pays. Les méthodes typiques impliquent le contrôle d’Internet, de l’argent et la corruption sexuelle, et bien au-delà. Le code d’action G, par exemple, fait référence au Plan vert, dans le cadre duquel le PCC fournit des services de transplantation d’organes aux dignitaires occidentaux. Le PCC est protégé par le manque de courage final de l’Occident pour faire face à des comportements inhumains. Sa confiance vient de la norme selon laquelle un crime trop odieux entraîne une réaction de déni quand il vient à être connu ; le monde ne veut pas y croire ! Un certain recul est nécessaire pour prendre conscience de l’ampleur des capacités malignes et maléfiques de l’enfer du PCC qui défi toute considération et décence morale.

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments